Une vie d’Église pleine de sens

Une vie d’Église pleine de sens

Une vie d’Église ressourçante nous semble exiger du sens, plus de sens dans ce que nous faisons. La perte de sens est au coeur de bien des phénomènes de lassitude et même d’épuisement. Pendant le confinement, le recours au télétravail a été chez beaucoup à l’origine d’une grande fatigue : faute de contacts humains et d’interactions directes, si ce n’est par écran interposé, de nombreux employés ne comprenaient plus vraiment le sens de ce qu’ils faisaient. Les Églises n’ont pas échappé au phénomène qui a touché les membres et sympathisants au point de les démobiliser.

Si nous parlons de sens, il faut alors évoquer la place que nous réservons à l’Écriture dans nos Églises, parce que c’est d’elle que nous tirons (ou que nous devrions tirer) le sens de tout ce que nous croyons et faisons. Permettez-moi de vous rappeler qu’il ne suffit pas de lire, d’étudier, ni même de connaître par coeur les Écritures pour se soumettre au Seigneur qu’elles révèlent. Les controverses de Jésus avec les scribes, les pharisiens et autres docteurs de la Loi le disent assez. Pour l’exprimer autrement, il n’y a pas qu’une façon de mettre à mal l’autorité de la Parole de Dieu, le relativisme libéral en est une, l’attachement à la lettre au détriment de l’Esprit qui vivifie en est une autre (cf. 2 Co 3.6) et la raréfaction de sa lecture dans nos réunions publiques une troisième. Ce dernier travers me préoccupe car il prend de l’ampleur dans notre monde évangélique. J’ai souvent dit et écrit mon désarroi devant la faible place réservée à la Bible dans nos cultes, en particulier lors de la louange, et plus rarement lors de la prédication et dans nos réunions hebdomadaires. Et un frère dominicain de mes amis, Michel Mallèvre, bon connaisseur des évangéliques, m’a fait remarquer qu’aujourd’hui la Bible était plus lue lors de la Messe que dans bien des cultes évangéliques !

Mais revenons à la seule question de la louange si prisée dans nos rencontres dominicales. Quel sens peut avoir une séquence de louange, aussi professionnelle et émouvante soit-elle, si elle ne répond pas consciemment à ce que l’Écriture nous révèle de la grandeur de Dieu, de sa bonté, de sa lenteur à la colère, de sa sainteté, de sa souveraineté, de son amour manifesté en Jésus-Christ ? Je gage qu’il y a là pour une part l’explication de la pauvreté spirituelle de ces moments, pauvreté hymnologique – des pans entiers de la doctrine et de la piété sont peu ou pas abordés par nos chants –, pauvreté émotionnelle – seule la joie semble de mise au détriment de la crainte de Dieu, de l’expression de sa majesté, de la confession de nos fautes et de nos besoins qui sont aussi une forme de reconnaissance –, pauvreté dans la façon de chanter – la répétition systématique parfois jusqu’à l’absurde de certains choeurs – pour ne rien dire de l’uniformité de style, de la piètre qualité des traductions et des fautes d’orthographe ou de syntaxe sur nos écrans ! J’arrête là ma litanie pour revenir à la place de l’Écriture dans nos communautés.

Nous confessons la pleine autorité de la Bible, mais nous la lisons peu en public.

N’y aurait-t-il pas un décalage entre les affirmations fortes de nos confessions de foi à son endroit et le rôle que nous lui attribuons concrètement ? Nous confessons sa pleine autorité, mais nous la lisons peu en public. Nous croyons à son importance, mais nous la lisons mal, souvent avec précipitation, pour avoir plus de temps pour la commenter ! Nous reconnaissons qu’il s’agit d’une Parole vivante mais elle fait parfois office d’ornement décoratif ou d’illustration dans certaines de nos rencontres.

La prédication textuelle, si prisée par beaucoup et que j’enseigne à l’Institut, est certainement une des réponses à cette désaffection. En effet, elle permet de faire briller la richesse de l’Écriture et d’inciter l’auditeur à la scruter attentivement. Mais elle nécessite, pour être pertinente, une solide formation biblique et théologique à laquelle trop peu de prédicateurs acceptent de se soumettre. L’enjeu n’est pas mince, c’est que Christ soit et reste au coeur de la prédication. Si nous voulons retrouver une vie d’Église bienfaisante et pleine de sens, il nous faut revenir à nos bonnes vieilles Bibles et écouter ce que l’Esprit dit aux Églises…

ETIENNE LHERMENAULT

Lire la suite

Silence…ça tourne à l’Institut !

Silence…ça tourne à l’IBN !

Du 24 avril au 3 mai 2022, l’Institut Biblique de Nogent a servi de décor pour la future mini-série « Identité en Question » coproduite avec Grain de Blé France et INSPIRTV.

Pour les besoins des épisodes, ce lieu est devenu un lycée. Durant les jours suivants, un appartement à Joinville-le-Pont (94) et des maisons à Champigny s/Marne (94), Suresnes (92) et Houilles (78) se sont également transformés en plateau de tournage.Ce projet a mobilisé plus de 65 personnes.

En tout, ce tournage a mobilisé 21 comédiens, 25 figurants, et toute une équipe de techniciens : ingénieur son, chef opérateur, scripte, perchiste, maquilleuses, coiffeuses, décorateurs, assistants techniques, photographes de plateau…

La Compagnie des Actes a assuré la partie artistique (écriture, casting et mise en scène), INSPIRTV, la réalisation technique et Grain de Blé France, la logistique.

Chaque journée commençait avec un temps spirituel à 8h00. Ensuite, nous repèrerions les lieux avant de répéter avec les comédiens. Puis, vient l’installation de la lumière, le coiffage, l’habillage, la vérification des plans.

Les journées furent longues et intenses en particulier pour les responsables et les techniciens qui ont terminé chaque journée vers 22h30. 

Identité en question, plus qu’un tournage

C’est une formidable aventure humaine, spirituelle et artistique.

Avec pour objectif de dénoncer les ravages que causent le rejet, le harcèlement et l’addiction à la pornographie. Mais aussi et surtout : apporter des solutions au travers du message de la Bible, la bonne nouvelle de l’Évangile, toujours aussi pertinent pour nous aujourd’hui et en particulier pour la jeune génération. 

Il faudra attendre 2023 pour visionner cette nouvelle série, alors… encore un peu de patience !

Dan HOANG, directeur de la Compagnie des Actes

Lire la suite

Pourquoi lire l’Ancien Testament ?

Pourquoi lire l’Ancien Testament ?

Mon Église vient de commencer un survol de la Bible : à l’école du dimanche, pour les enfants, et, en parallèle, au culte pour les adultes. Quand j’ai préparé la leçon sur la Genèse, je me suis souvenu de chrétiens exprimant leurs difficultés face à l’Ancien Testament : coutumes et us éloignés des nôtres, récits guerriers remplis de violence, textes de loi impossibles à appliquer tels quels, oracles prophétiques énigmatiques… si le Nouveau Testament accomplit les attentes et prédictions de l’Ancien, pourquoi se soucier encore de ce qui l’a précédé ?

Le Père de Jésus-Christ est le Dieu de l’Ancien Testament

C’est une des premières hérésies à laquelle la jeune Église a dû faire face : des gnostiques, comme Marcion au 2e siècle, ne pouvaient pas admettre que le Dieu créateur, à l’origine du monde matériel, était le Dieu bon qui se révèle en Jésus-Christ. Son canon, première liste de livres bibliques qui soit parvenue jusqu’à nous, exclut l’Ancien Testament (et ne retient qu’une version tronquée du Nouveau).

L’appellation « Ancien Testament » pour la première partie de la Bible se trouve déjà chez Paul (2 Co 3.14) ; et l’auteur de l’épître aux Hébreux n’hésite pas à écrire de ses dispositions rituelles qu’elles appartiennent à l’ancien régime ; « or, ce qui devient ancien et ce qui vieillit est près de disparaître » (Hé 8.13). Mais l’Église n’a jamais vacillé dans sa conviction que la Bible hébraïque est Parole de Dieu, au même titre que le NT. Paul, tout en étant « l’apôtre des païens » (Gal 2.18), souligne l’importance des écrits de l’ancienne alliance : « Tout ce qui a été consigné autrefois dans l’Écriture l’a été pour nous instruire, afi n que la patience et l’encouragement qu’apporte l’Écriture produisent en nous l’espérance » (Rm 15.4).

L’Ancien Testament à l’IBN

Un feuillet de juillet 1921, qui informe des donateurs britanniques du projet de lancer un « French Bible Training Institute » à Nogent, précise que le programme d’études inclura l’étude de chaque chapitre de la Bible. Si nous peinons à mettre totalement en pratique l’objectif affiché de nos fondateurs, cela reste l’objectif de l’Institut : conférer à l’étudiant une solide connaissance de tous les livres de la Bible. 28 crédits (qui correspondent à environ 730 heures d’étude investies par l’étudiant) sont consacrés à l’étude de l’AT au cours des trois années, ce qui constitue plus de la moitié (53 %) des crédits consacrés à la Bible.

L’actualité de l’Ancien Testament

Pourquoi accorder une telle place à l’étude de l’AT dans la formation de pasteurs, missionnaires et évangélistes ? Les raisons en sont diverses :

• Il est impossible de comprendre le Nouveau Testament sans solide connaissance de l’Ancien. Les personnages connus de la Bible hébraïque – Adam et Eve, Abel et Caïn, Hénoch, Noé, Abraham et Sarah, Isaac… peuplent aussi les pages du NT. L’épître aux Hébreux présente un commentaire théologique approfondi de personnes et institutions clé de l’ancienne alliance.

• L’Ancien Testament inscrit l’existence du croyant dans une histoire plurimillénaire. Une telle profondeur est d’autant plus précieuse dans un contexte où la plupart de nos Églises en France sont de fondation récente, de surcroît quand les histoires familiales ne facilitent pas la conscience d’être héritier d’une longue tradition (ruptures relationnelles, migration…).

• Nous suivons l’exemple de Jésus et des apôtres. Environ 10 % des paroles de Jésus sont des citations ou des allusions directes de l’AT. Les discours des Actes sont truffés de citations bibliques. Si Paul évite la preuve scripturaire face aux non-croyants païens sur l’Aréopage (Ac 17), il y a largement recours dans ses épîtres, même quand les Églises auxquelles il écrit sont composées majoritairement de croyants de cet arrière-plan, convertis depuis peu (comme c’est le cas à Corinthe).

• L’Ancien Testament contient des leçons de vie irremplaçables. Une psychologue chrétienne me faisait remarquer la naïveté de nombreux croyants, qui sousestiment les ramifications persistantes du mal dans nos familles et communautés. Quel meilleur antidote que de méditer les récits des patriarches, des juges et des rois, avec leurs lots de rivalités entre frères, de violences faites aux femmes, de doutes devant les promesses de Dieu… Qui connaît l’AT sait que le message de la Bible n’est pas que les croyants sont géniaux, mais que Dieu mène jusqu’au bout son oeuvre de salut (cf. Gn 50.20 ; Rm 5.20). L’Ancien Testament nous apprend à glorifier Dieu dans la vie quotidienne. La doctrine de la création, développée surtout dans l’AT, fournit le cadre d’une spiritualité de la vie ordinaire : servir Dieu à la maison et au travail, puisque ce monde ordinaire, « séculier », est créé par Dieu, et l’homme est appelé à le gérer en vice-régent (Gn 1.28 ; 2.15). La littérature sapientiale apporte des éclairages précieux pour la mise en pratique : Job devant l’énigme du mal, Proverbes avec des conseils très pratiques, le Cantique célébrant la beauté de l’amour conjugal, Qohélet faisant face à la fi nitude de l’existence humaine.

Vive les cours de l’Ancien Testament à l’Institut ! Vive sa lecture dans nos Églises !

Lydia JAEGER

Lire la suite

D comme Discours…

D comme Discours…

C’est par ce verset, se trouvant sur notre carte de voeux 2022, qu’Etienne Lhermenault, a entamé son discours. Et de poursuivre ainsi : « Et pour cause, puisque nous savions que le 5e bâtiment de notre campus ouvrirait ses portes au ” printemps “. Au moment où nous inaugurons ce bel outil, je vous invite à mesurer la pertinence de cette affirmation biblique ».

« préciser ma conviction : si le Seigneur n’était pas intervenu de multiples manières, avec sa bienveillante et généreuse providence, les plans seraient restés dans les cartons et rien n’aurait été possible »

(extrait du discours inaugural d’E. Lhermenault)

Sous un soleil inattendu, nous avons eu la joie d’accueillir un peu plus de 170 personnes composées d’anciens enseignants ou membres du personnel, d’amis et de donateurs, de membres du CA et de l’AG de l’IBN, de nos partenaires dans divers services, et bien sûr des enseignants et membres du personnel actuels auxquels s’ajoutaient des représentants des autorités religieuses ou civiles, des représentants d’unions, etc. Tous venus pour l’inauguration officielle de notre nouveau bâtiment. Nous étions honorés par la présence de M. Jacques JP Martin, Maire de la ville, qui a accepté de dire quelques mots à cette occasion.

Après le discours inaugural de notre Directeur, la rétrospective sur les bâtiments et l’intervention de M. le Maire, chacun était curieux et heureux de découvrir enfin le nouveau bâtiment. Lors de la visite, il a fallu faire preuve d’un peu d’imagination pour l’agencement intérieur, qui sera bientôt installé, mais des panneaux d’infos, plans et autres documents permettaient tout de même de se projeter. Petits fours et bulles étaient ensuite à l’ordre du jour lors du cocktail qui s’est prolongé tant la joie des retrouvailles ou des échanges était grande.

« les constructions à l’Institut sont des marqueurs de développement, signes de la vitalité de pierres vivantes appelées à édifier beaucoup d’autres personnes à Nogent et au delà »

(extrait de la rétrospective d’A. Ruolt)

Quel encouragement pour l’équipe de l’IBN de pouvoir inaugurer ce bâtiment, investissement important pour le ministère de l’Institut, au cours de cette année du centenaire. C’était aussi l’occasion d’adresser nos remerciements, à tous ceux qui ont soutenu ce projet, par la prière, les dons, ou leur expertise dans divers domaines.

Nous rendons grâce au Seigneur pour son oeuvre et nous confions entre ses mains notre ministère pour les décennies, voire les 100 ans… à venir.

Et avec cette inauguration, nous terminons ici Définitivement, propos de la construction du bâtiment, la série des . D comme . mais vous continuerez à recevoir des nouvelles du bat D ainsi que des autres….

Rachel VAUGHAN et Marie-José MARÉ

(IBphile n°194 – avril 2022)


Lire la suite

Vivre dans la reconnaissance…

Vivre dans la reconnaissance

Plus qu’une gratitude occasionnelle, vivre dans la reconnaissance est un style de vie dont la confiance en Dieu, la paix intérieure et la sérénité sont les expressions visibles. La Bible exhorte à cultiver une vie reconnaissante en tout temps. Quelles sont les raisons profondes pour développer une attitude reconnaissante même dans un contexte difficile et compliqué ?

NOUS SOMMES RESSUSCITÉS AVEC CHRIST, V.1-4.

En Lui, Dieu nous a fait passer de la mort à la vie. Nous portons en nous la puissance et la vie du Christ ressuscité. Maintenant, Christ est notre vie. Nous sommes ressuscités avec Lui pour l’éternité. Ce que nous possédons déjà fermement par la foi se réalisera quand Christ paraîtra. Telle est notre espérance.

NOUS AVONS UNE NOUVELLE VIE EN CHRIST, V.5-11.

En Christ par son Esprit, Dieu nous a régénérés pour une vie nouvelle. Le fondement de cette régénération est la croix où le Christ s’est livré pour le pardon de nos péchés. Le signe de cette nouvelle vie est la sainteté. Notre connaissance croissante du Seigneur nous permet de nous débarrasser de notre ancienne façon de vivre. Telle est notre collaboration avec le Dieu.

NOUS SOMMES CHOISIS PAR DIEU, V. 12.

Dieu s’est fait connaître à nous. Choisis par Lui en Jésus, nous sommes devenus ses bien-aimés, mis

à part pour Lui, v.12. Dieu nous aime, c’est l’essentiel de la vie. Continuellement, nous sommes au bénéfice de sa grâce providentielle. Nous ne pouvons pas avoir plus que Dieu. Tout nous vient de Lui. Telle est notre richesse.

NOUS SOMMES REVÊTUS DE LA GRÂCE DE DIEU, V.13.

Dieu nous fait participer à sa grâce. Nous disposons des habits éternels du Christ : la compassion, la bonté, l’humilité, la douceur, la patience… v.12. Nous en sommes fiers. Si nous sommes revêtus du caractère de Jésus pour vivre nos relations, il convient de s’en parer constamment pour aimer jusqu’à pardonner comme le Christ. Tel est notre devoir.

NOUS SOMMES L’ÉGLISE DU SEIGNEUR.

Placés dans l’Église de Jésus-Christ, nous sommes appelés à la paix comme un seul corps. Avec les frères et sœurs en Christ, nous cultivons la paix mise dans notre cœur, afin qu’elle règne dans nos rapports.

La paix est un signe de notre communion en Christ. Telle est notre préoccupation.

Dans notre contexte d’insatisfactions malsaines, celui qui se nourrit de ce qu’il est et possède en Christ, vit dans la reconnaissance à Dieu. Si la dévalorisation de soi, l’angoisse, le pessimisme, la colère refoulée ou explosive, les relations difficiles, voire conflictuelles, gangrènent sa vie, il sait que sa vie est en Christ. Il est assuré de l’activité souveraine et bienfaisante de Dieu dans sa vie. Sa vie de reconnaissance s’exprime entre- autres par des cantiques… v. 16.

Vivons dans la reconnaissance !

Patrice KAULANJAN

(article issu de l’IBphile n°193)

Lire la suite

Retour sur les festivités du centenaire à Montpellier samedi 15 janvier

Retour sur les festivités du centenaire à Montpellier samedi 15 janvier !

4 représentants de l’IBN (2 professeurs et 2 étudiants) sont allés à la rencontre des pasteurs évangéliques, anciens étudiants et amis de l’Institut de Montpellier et sa région le samedi !
Le cours du matin sur le livre d’Esther a réuni une bonne trentaine de personnes représentant une petite dizaine d’Églises. Ce cours marquait le lancement de l’École biblique de Montpellier par Olivier Rcz, ancien étudiant de l’Institut et implanteur d’une Église CAEF à Jacou. Cette école, partenaire de l’IBN, a pour objectif d’aider les croyants à “mieux connaître la Bible, appliquer ses enseignements dans leur vie et dans l’église, développer des éléments de réponse aux thématiques actuelles et sociétales”. Pour plus d’informations : www.ecolebibliquemontpellier.fr/
L’après-midi a permis de rassembler quelques anciens étudiants autour de l’exposition “À l’ombre du grand cèdre” (tiré du livre du même nom écrit par Anne Ruolt) et d’évoquer quelques souvenirs de leur séjour à Nogent. Une conférence par Anne Ruolt et Etienne Lhermenault a retracé l’histoire de l’Institut sous l’intitulé “Huit visages pour dire toute une histoire”. Un verre de l’amitié a conclu cette journée bien remplie.
Prochaine étape : Nantes, le samedi 23 avril dans les locaux de l’Église protestante évangélique Nantes-Boissière 22 rue des Renards.

Lire la suite

Lancement de l’EBM soutenu par l’IBN

Lancement de l’EBM soutenu par l’IBN

En partenariat avec l’Institut Biblique de Nogent-sur-Marne, l’École Biblique de Montpellier propose d’approfondir ses connaissances bibliques avec des cours proposés en présentiel à Montpellier. L’IBN met à disposition plusieurs de ses professeurs dont Étienne Lhermenault et Anne Ruolt dès 2022 !

L’EBM s’adresse à tous les chrétiens qui vivent près de Montpellier et qui désirent mieux connaître la Bible, appliquer les enseignements bibliques dans sa vie et dans l’Église, développer des éléments de réponse aux thématiques actuelles et sociétales.

Je me renseigne sur l’EBM

Lire la suite

D comme Dernières étapes

D comme Dernières étapes …

Comment mieux marquer le centenaire de l’IBN que par l’inauguration du bâtiment D ? Cette année, grâce à la fidélité de notre Seigneur, nous célébrons cent ans de formation des serviteurs pour le royaume, et nous ne voulons pas ralentir dans ce ministère. Le bâtiment D a pour but de pérenniser ce travail, en augmentant notre capacité d’accueil, afin de former d’avantage de serviteurs pour l’Église en France, pour, Dieu voulant, les cent prochaines années, et au-delà !

La construction avance très bien : le ravalement est en cours ainsi que toutes les finitions intérieures (enduit, carrelage, peinture…). La fin des travaux est prévue pour début janvier et l’inauguration aura lieu le samedi 2 avril 2022.

Nous louons le Seigneur qui a pourvu à la construction de ce bâtiment. Malgré une promotion plus modeste cette année, toutes les chambres de notre internat sont occupées, et certains étudiants attendent l’ouverture du bâtiment pour commencer leurs études. Nous sommes tellement reconnaissants pour vos dons et vos prières qui nous ont permis de réaliser ce projet ambitieux. Merci de prier avec nous que Dieu pourvoie les derniers fonds nécessaires : il nous manque encore 180 000 € pour couvrir le coût total (construction + mobilier).

Découvrir les modalités pour faire un don pour le bâtiment

Lire la suite

Dieu vit que cela était bon

Dieu vit que cela était bon

En juin dernier, l’IBN a organisé pour la première
fois, une extension du colloque Dabar
en Europe francophone. Nous étions heureux de réunir un groupe de 12 personnes, composé de représentants des écoles bibliques et facultés de théologie francophone (INFAC) et plusieurs scientifiques évangéliques.

Organisé par le Carl Henry Center (Trinity Evangelical Divinity School, Illinois), ce colloque cherche à promouvoir la recherche théologique dans le domaine de la doctrine de la création qui soit à la fois fidèle aux convictions évangéliques et en interaction avec des travaux pertinents en sciences naturelles. Cette année, le colloque avait pour thème « Dieu vit que cela était bon : unir l’ordre naturel et moral ».

La bonté de la création est une affirmation centrale du premier chapitre de la Genèse, mais elle est souvent négligée dans les débats modernes sur les origines. D’une part, cette bonté est directement liée à la bonté de Dieu ; d’autre part, elle est opposée au péché et au mal. Les différents intervenants ont creusé la signification de la bonté de l’ordre naturel, et la question de savoir si les processus de l’évolution biologique, la souffrance et la mort animales seraient cohérents ou en opposition à cette affirmation. Une contribution particulièrement intéressante dans cette discussion venait d’un exposé de théologie biblique sur le mot tov (bon), dans le refrain du récit de la création : « Dieu vit que cela était bon ». On a suggéré que la création est bonne parce qu’elle accomplit le but pour lequel elle a été créée. Considérer ainsi la bonté change le regard porté sur le monde animal : peut-on vraiment considérer la chaîne alimentaire comme un mal et la conséquence du péché, si elle a été créée précisément pour ce but (cf. Ps 104.21) ?

Une particularité des colloques Dabar est leur déroulement : les articles sont distribués en avance et lors du colloque, chaque intervenant ne présente qu’un résumé de son article, suivi de deux répondants qui soulèvent les points forts et faibles de son argumentation. Cela laisse un temps significatif pour des questions et la réflexion se poursuit dans les groupes de discussion. Ce format a beaucoup plu à notre groupe francophone, puisque le travail de préparation en amont a généré des échanges riches et approfondis, et nous a permis d’avancer dans cet important débat.

Rachel VAUGHAN 

Lire la suite

Les études à l’Institut

Le 1 Novembre 2021

Les études à L’Institut

La sortie du livre « À l’ombre du grand cèdre. Histoire de l’Institut biblique de Nogent (1921-2021)» écrit par Anne Ruolt est l’occasion de revisiter le projet pédagogique de notre école. Voici quelques pages légèrement adaptées de l’ouvrage qui abordent ce sujet

(p. 378-384).

En 1988, le rapport moral exposé par Bernard Huck à l’AG présente le fruit de la réflexion des professeurs réunis le 11 mars 1985. Celui-ci résume la spécificité de l’Institut qui, selon eux, consiste en : « Une formation biblique, de théologie fondamentaliste (dans le bon sens du terme) mais aussi une formation spirituelle, humaine (vie communautaire et de piété) et pratique (initiation aux ministères) »2. Alors qu’il n’y avait en 1984 aucune condition de diplôme préalable pour commencer les études (ce qui est toujours le cas aujourd’hui), le CA de l’Institut se posait la question d’un « examen d’entrée sur les matières bibliques, voire une année préparatoire ». Cette mauvaise connaissance biblique de nombreux étudiants s’expliquait et s’explique toujours par un manque d’enseignement biblique dans les Églises3. Les réflexions menées en 1988 par Paul Sanders, autour d’un projet pédagogique » envisageaient d’étendre à quatre ans le programme d’étude plus exigeant pour répondre aux nouveaux besoins des Églises et des œuvres, insistant sur le degré de la motivation des élèves. « Beaucoup d’étudiants sont prêts à entrer dans les grandes écoles, connaissant les difficultés qu’ils vont rencontrer parce qu’ils sont motivés » affirmait-il, ajoutant « Cette motivation est bien sûr liée aux diplômes qu’ils obtiendront en fin d’études »4.

Dix ans plus tard, en 1998, Gauthier De Smidt présentait la visée de la formation à l’IBN en termes de maturité à acquérir. Il disait :

Si le savoir est un des buts de la formation, nous croyons aussi à l’importance des contacts, au partage des joies et des peines, aux temps des repas et de la détente, aux entretiens et à la prière en commun. C’est aussi ainsi que nos étudiants acquièrent une maturité5.

Ce qui suit recense plusieurs « moyens institutionnels » développés pour atteindre cet objectif de maturité autant dans la maîtrise des savoirs que dans l’exercice pratique et la vie quotidienne.

PÉDAGOGIE POUR FORMER LE CARACTÈRE

UNE PÉDAGOGIE VARIÉE, CENTRÉE SUR L’ENSEIGNANT ET LES CONTENUS

L’Institut n’a pas directement souscrit et développé les principes de la « pédagogie active », mettant l’élève au centre du processus. Des trois pôles en tension du triangle pédagogique de Jean Houssaye, l’enseignant, les savoirs et l’élève, où deux sont naturellement privilégiés au détriment du troisième qui « fait le mort » pour reprendre l’expression originelle, c’est d’abord la relation de l’enseignant aux savoirs à transmettre qui a été privilégiée. Le montre le premier des critères de recrutement des professeurs ou des chargés de cours, celui d’être en conformité avec les doctrines fondamentales de l’École. Ce n’est cependant pas le seul critère. Le second est celui de ses qualités humaines et pastorales, afin de servir de guide ou de « modèle » inspirant pour former des disciples. Ce processus de formation est représenté par la relation enseignant – élève du triangle pédagogique. Par contre, le processus d’apprentissage, représenté par la relation de l’élève aux savoirs, cher aux promoteurs de l’éducation nouvelle, a été le moins privilégié. L’élève est supposé avoir déjà « appris à apprendre ». La réputation de l’Institut, à ses débuts, s’est surtout faite sur l’aura et le rayonnement de ses premiers professeurs et de son directeur. Le modèle pédagogique a davantage été « enseignant-centré » puis « curriculumo-centré », lorsque l’institution a cherché à adopter les normes imposées par l’Association Évangélique Européenne d’Accréditation, même si celle-ci prenait davantage en compte le processus d’apprentissage des élèves.

J. M. Nicole a pourtant pratiqué la « classe inversée », avant qu’elle ne redevienne récemment à la mode, mais peut-être comme M. Jourdain pratiquait la prose, en l’ignorant, et en utilisant cette méthode pour gagner du temps sur ce qu’aurait exigé un cours magistral. Il avait plutôt fait sienne la formule de Ruben Saillens qui affirmait que « ce qui est neuf est rarement bon et ce qui est bon est rarement neuf » En quoi consistait ce mode d’enseignement ? Plutôt que d’exposer un cours de doctrine de façon magistrale et d’imposer à l’étudiant de prendre des notes, pour ensuite assimiler le cours et se présenter à un examen vérifiant l’acquisition des connaissances, le cours, dans le modèle dit de la « classe inversée », est bâti sur une série de questions, livrées à l’élève en amont du cours. C’est en quelque sorte l’étudiant qui prépare le cours en cherchant les réponses par lui-même. Le cours en classe s’organisait alors de la façon suivante : M. Nicole égrainait les questions en interrogeant au hasard un étudiant — honte à lui s’il n’avait rien préparé ! mais bienheureux celui qui était interrogé lors du premier cours, il était tranquille pour un petit moment—, celui-ci lisait ce qu’il avait préparé, puis le professeur corrigeait et complétait en structurant logiquement la réponse, et répondait aux questions que le sujet avait suscitées. Cette méthode favorise l’autonomie de la recherche « par soi- même », l’interaction adaptée aux questions de la classe et le travail d’apprentissage régulier, si… les élèves jouent le jeu et ne reprennent pas le travail de préparation effectué par un de leurs camarades ! Était-ce un choix pédagogique délibéré, ou était-ce un choix par défaut, pour survivre à la charge d’enseignement si variée qui fut celle de J. M. Nicole ? En tout cas, l’habitude a perduré chez M. Nicole lorsque ses différents « Précis » ont été publiés, faisant la synthèse de ses cours. Aujourd’hui si les questionnaires subsistent dans certains cours, ils sont souvent conçus comme une aide destinée à guider l’élève vers ce que le professeur veut qu’il sache restituer le jour de l’examen. L’étudiant y répond après le cours pour se préparer à l’examen, lequel consiste à être capable de répondre, sans ses notes, à une de ces questions tirées au sort.

Lire l’article en intégralité

Article en intégralité dans le n°192 de l’IBphile

Lire la suite

  • 1
  • 2

L’Institut Biblique de Nogent est un établissement privé d’enseignement supérieur qui offre une formation biblique, pratique et relationnelle en vue d'un ministère ou d'un service dans l'Église.

Institut Biblique de Nogent
39 Grande rue Charles de Gaulle
94130 Nogent-sur-Marne

01 45 14 23 70 – accueil@ibnogent.org

Horaires d'ouvertures
lun-jeu : 9h15-12h15/14h00-18h00
ven : 9h15-12h15/14h00-17h00