Skip to main content

Le 15 Juin 2023

Éclat, instruments entre les mains de Dieu

Cette année, dans le cadre d’un stage pratique, des étudiants ont créé le groupe Éclat.
Rencontre à 6 voix avec ces jeunes artistes…

De qui le groupe est-il constitué ? Présentez-vous…

Johanna (chant/guitare) : 24 ans, en fin de 3e année.

J’ai toujours fait de la musique, du chant, voire même de la scène, d’où l’idée de création de ce groupe ! J’avoue avoir du mal à ne pas créer de projet ou de passer de trop longues périodes de ma vie sans projet créatif ou artistique. Il y a deux choses qui généralement me font monter les larmes aux yeux : voir des gens donner leur vie à Christ, et transmettre le message de l’Évangile par la scène !

Jocelyn (chant/batterie) :

Toucher les coeurs via la musique, c’est vraiment une grâce ! Ayant passé deux ans sur le Logos Hope avec Opération Mobilisation à travers le monde, j’ai eu l’occasion de faire des spectacles internationaux. Ce fut magnifique ! Je suis heureux de voir que peu importe où le Seigneur me place, il me donne l’occasion d’évangéliser par la musique ! Et aujourd’hui ? Envie de repartir en mission mais apparemment Dieu m’oriente pour l’instant vers un stage pastoral après la fin de mes études…

Hamish (chant/guitare) :

D’origine écossaise et aime beaucoup la France ! J’aime beaucoup la musique et la composition. Composer me permet d’aller plus loin avec Dieu. Cheminer avec le groupe a été une belle aventure car au-delà d’un groupe, on est surtout une bande de bons amis !

Diego (chant, piano, mélodica, batterie) :

24 ans, termine son cursus. Depuis de nombreuses années, je suis sans cesse embarqué dans des tas de projets musicaux parce que ça me fait vibrer. Mais ils ont toujours un sens plus profond quand leur inspiration première est l’annonce de l’évangile ; il n’y a rien de plus beau. Je suis fier d’avoir participé à ce projet qui n’a pas été épargné par les défis mais en parallèle m’a fait grandir. Nous ne sommes que des instruments entre les mains de Dieu.

Fabien (basse) :

29 ans, d’une famille de musiciens. J’ai toujours eu un lien avec la musique depuis tout petit, mais ce n’est qu’il y a 3 ans, après ma conversion, que j’ai cherché à en faire. La basse étant intuitive pour moi, j’ai décidé de la mettre au service de Dieu, d’abord dans mon Église, puis dans ce groupe de musique. C’est une joie de participer à ce beau projet.

Thomas (manager) :

23 ans, originaire de Vendée, termine sa 2e année. J’aime organiser, c’est donc assez naturellement que le groupe est venu me voir pour intégrer ce projet. J’ai beaucoup apprécié faire le lien entre ce groupe et les Églises. Il y avait un véritable engouement, avec des personnes motivées à annoncer Christ. Magnifique et vraiment encourageant !

Qui est à l’initiative du groupe ? Et pourquoi ce nom ?

Johanna :

Je suis l’initiatrice de ce groupe.

Après en avoir parlé à quelques personnes (celles que l’on retrouve dans le groupe), et constaté qu’elles étaient intéressées, nous avons décidé ensemble de nous lancer dans cette aventure. Une aventure folle !

Le nom du groupe a été à difficile à trouver, mais nous étions tous d’accord sur un point : nous voulions à la fois renvoyer l’idée que nous voulions transmettre les éclats d’une lumière qui ne nous appartient pas (être la lumière du monde), tout en parlant de notre diversité.

Pouvez-vous en quelques mots nous dire comment se passe la création d’un chant ? Qui écrit, qui compose ?

Johanna :

Je pense que la création d’un chant est vraiment un processus différent pour chacun et parfois même, différent pour chaque chant. Dans le cadre de notre groupe – et c’est aussi ce qui fait notre spécificité – c’est que chacun a composé ses propres chants, nous n’avons pas composé ensemble.


Jocelyn :

J’ai composé mon premier chant (Confession) à la suite du stage chorale que nous avions eu avec Denisa. J’ai tout simplement voulu mettre en musique les questionnements fréquents qui parfois m’éloignaient de Dieu.

Pour le deuxième (Un Sauveur pour tous), c’est dans un temps de louange que la mélodie m’est d’abord venue, les paroles sont venues ensuite, mais une chose .tait certaine : je voulais clairement y annoncer l’évangile.

J’ai composé deux chants dans ma chambre suite . un temps de prière. (Le coeur d’un homme brisé et De l’Est à l’Ouest). Le premier fait écho à mon parcours de vie. Je me suis inspiré aussi des Psaumes. Le second parle de ma recherche de Dieu en tant que non chrétien et également de mes voyages autour du monde en tant que missionnaire suite à ma conversion. L’équipe a instrumentalisé mes deux chants ; un beau travail d’équipe !


Diego :

J’avais déjà composé plusieurs chants mais je les gardais pour moi parce que je n’assumais pas particulièrement cet aspect de ma créativité. Je me suis toujours “caché derrière mon piano” et je ne me présentais jamais comme un chanteur, encore moins comme un parolier. Le groupe m’a permis de mettre en forme deux chants (Tu restes encore le même et Toujours à mes côtés) et j’en suis très reconnaissant. J’ai aussi composé deux autres chants pour les besoins spécifiques des concerts, par exemple un arrangement du célèbre single Papaoutai de Stromae. J’y ai changé les paroles pour leur donner un sens nouveau et modifier les accords pour créer une atmosphère plus méditative. C’est à la fois un hommage à un artiste que j’admire mais aussi un concentré de questionnements sur la vie, Dieu et sa destination finale. La chanson s’appelle : Dis-moi d’où je viens.


Fabien :

J’ai composé l’interlude musical après mon témoignage. Je voulais qu’il y ait un moment d’introspection pendant le concert. La musique n’est qu’un déplacement d’air qui arrive jusqu’à nos oreilles. Mais ce qui est fou, c’est que Dieu a fait en sorte que ces ondes ne s’arrêtent pas là, elles vont jusqu’au cœur des personnes qui écoutent. Cela atteint à la fois, l’intellect et les émotions. Un combo qui fait des miracles ! C’est le défi que je m’étais fixé en composant cet interlude.

Une anecdote à propos d’un concert…

Lors du concert à Champs-sur-Marne, concert qui d’ailleurs en termes de performance était le moins bon… alors que nous commencions une discussion sur les erreurs que nous avions commises, une personne responsable de l’organisation est venue nous voir. Nous avons commencé par prier ensemble, remercié le Seigneur pour cette soirée, puis elle nous a annoncé une nouvelle qui nous a ôté les mots de la bouche : une femme avait accepté Jésus dans sa vie ! Quelle grâce !

Objectif du groupe ? Vers l’extérieur / Pour vous perso

Le but du groupe était clair pour chacun d’entre nous : partager l’Évangile par le biais de la musique. Pour ce qui est des aspects personnels, pour certains d’entre nous il était aussi question d’expérimenter la composition, de vivre une expérience dans un groupe musical et de pouvoir vivre le fait d’être un témoignage par ce biais.

Comment cela s’articule-t-il avec vos études ?

Il est vrai que les études à l’IBN sont très prenantes. Nous rajouter ce projet (compté comme 3 semaines de stage) n’était clairement pas la meilleure idée pour notre sommeil et notre charge mentale. Quand nous étions dedans, cela pouvait parfois sembler trop lourd. Mais nous nous en sommes remis à Dieu. Il nous a aidés et a renouvelé nos forces de nombreuses fois. Avec le recul, nous pouvons dire que même s’il n’a pas été facile de concilier Éclat et études, cela en valait la peine !

Pour les concerts, en 2 mots, comment ça se passe… (qui invite, quel public, quelle fréquence ?)

Éclat propose un concert d’évangélisation clé en main. Nous arrivons avec nos instruments et notre matériel (son et lumière). Nous proposons également une affiche pour faciliter la communication. Ensuite, cela devient le projet de l’Église. Elle est libre de faire une campagne d’évangélisation avec ce concert en point final. Elle peut aussi décider de faire un concert où il revient à chaque membre de l’Église d’inviter un ami non chrétien. Nous laissons la totale liberté aux Églises. Cependant, nous les invitons à prévoir une collation à la fin des concerts pour avoir le temps de discuter avec les personnes qui découvrent l’Église et qui seraient intéressées pour y revenir.

_________PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE-JOSÉ MARÉ